Présentation
Chapelle
Sacrements
Articles
Photos
Livre d'or
à propos
plan du site
accueil • Présentation • Chapelle • Sacrements • Articles • Photos • Livre d'or • à propos plan du site
Articles 2010 - 2009 2010 :     (titres des images : précédent ; suivant ; usage au clavier : flèche gauche et flèche droite ; page précédente ; page suivante ; précédent ; suivant ; usage au clavier : flèche gauche et flèche droite)
» Articles » 2010 - 2009 » 2010 : Au Moyen-Orient, une « Église de martyrs » Interventions au Synode ROME, Lundi 18 octobre ( ZENIT.org ) - Dans de nombreux pays du Moyen-Orient, les chrétiens martyrs se multiplient et « endurent toutes les épreuves sans répudier leur foi », affirment certains prélats du Synode des évêques en cours au Vatican. Selon Mgr Edmond Farhat , archevêque titulaire de Byblos et ancien nonce apostolique, l'Eglise est attaquée en raison de sa fragilité et de son accessibilité. Souvent l'Orient arabe musulman « accuse les chrétiens d'avoir des arrières-pensées de prosélytisme, d'être complices des puissances impériales ». « De l'Irak à la Turquie, du Pakistan jusqu'aux Indes, les victimes se sont multipliées », a-t-il dénoncé. « Elles sont toujours des innocents et des serviteurs bénévoles ( Mgr Luigi Padovese et Andrea Santoro en Turquie, l'avocat assassiné avec sa famille au Pakistan, Mgr Claverie et les religieux et religieuses d'Algérie, les prêtres, religieux et fidèles innocents, assassinés pendant la guerre du Liban). « Ce sont des cibles faciles », a-t-il estimé. Aujourd'hui, « l'Église subit des injustices et des calomnies », a observé Mgr Farhat . Mais « baignée par le sang de ses martyrs, encouragée par ses maîtres, ses saints et ses bienheureux, l'Eglise au Moyen-Orient fleurira comme la Vigne du Seigneur et portera beaucoup de fruits ». A son tour, Mgr Thomas Meram , archevêque d'Urmy des Chaldéens, en Iran, a évoqué le témoignage de ces chrétiens qui, dans de nombreux pays du Moyen-Orient, « vivent ce martyre et endurent toutes les épreuves sans répudier leur foi ». « Les chrétiens ont été persécutés depuis le début et l'histoire en est le plus grand témoin. Or, malgré tous ces drames et ces persécutions, ils ont sauvegardé ce trésor en toute sécurité et fidélité », a-t-il observé. Mgr Meram a cité l'Église chaldéenne persécutée qui, au cours des siècles a « présenté des milliers de ses enfants sur l'autel de la fidélité au Christ et de son amour », prenant le nom d' « Église des martyrs ». « Elle a été et demeure migrante, d'une ville à l'autre, d'un pays à l'autre et jusqu'à ce jour, elle ne s'est pas éloignée d'un pouce de la vraie foi, car le sang de ces martyrs et saints la désaltère, la sauvegarde, la réconforte et la confirme », a-t-il ajouté. Marine Soreau « Et si l'homme peut découvrir cette arme, il se découvre lui-même et connaît donc sa position. Et quand il connaît, il aime, et quand il aime, il donne et quand il donne, il se rassure, et quand il se rassure, il se stabilise, et quand il se stabilise, il est exempt de tout vice et de tout fléau », a-t-il ajouté. En évoquant son espérance : « vivre en paix », Mgr Coussa a invité à tendre la main « aux musulmans et aux juifs avec une espérance chrétienne et une vie nouvelle ». « Disons aux juifs : cessez de tuer les innocents et n'oubliez pas ce que vous dit le Talmud : en chaque homme je vois Dieu ». « Tendons la main à nos frères musulmans dans l'espérance d'une convivialité qui permette de construire une seule nation, une seule société régie par la charité, la fraternité, la compréhension et le dialogue », a-t-il affirmé. Dans cette région « assujettie aux plus forts et grands dangers », la « convivialité l'emporte sur toutes les divergences pour se rencontrer les uns avec les autres, avec les musulmans et même avec les juifs ». « Nous nous sentons parfois menacés par la peur, le désespoir et la persécution, et nous oublions que notre présence chrétienne est liée à la dimension de notre foi et à sa profondeur ». « L'Église annonce la charité et combat l'iniquité et le fanatisme », a poursuivi Mgr Coussa . « Elle propage l'éducation et ne travaille pas pour elle-même mais plutôt pour la Gloire de Dieu, le Suprême et confirme l'espérance ». L'évêque a enfin souhaité que ce synode permette « de ne pas arrêter le travail en faveur de l'espérance recherchée, et ce malgré les épreuves et les difficultés qui nous entourent, parce que le témoignage et la communion ne mûrissent que dans les calamités et les vicissitudes dont le fruit est la charité ».
Bienvenue à l'église
Notre Dame d'Égypte