Présentation
Chapelle
Sacrements
Articles
Photos
Livre d'or
à propos
plan du site
accueil • Présentation • Chapelle • Sacrements • Articles • Photos • Livre d'or • à propos plan du site
Articles 2010 - 2009 2009 « pèlerinage sur les pas de Moïse » : au pays des coptes 1/6 au pays des coptes 2/6 au pays des coptes 3/6 au pays des coptes 4/6 au pays des coptes 5/6 au pays des coptes 6/6     (titres des images : précédent ; suivant ; usage au clavier : flèche gauche et flèche droite ; précédent ; suivant ; usage au clavier : flèche gauche et flèche droite)
» Articles » 2010 - 2009 » 2009 « pèlerinage sur les pas de Moïse » : au pays des coptes 1/6 • au pays des coptes 2/6 • au pays des coptes 3/6 • au pays des coptes 4/6 • au pays des coptes 5/6 • au pays des coptes 6/6 au pays des coptes 4/6 4 comme on se retire en soi. Dans les chapelles, la contemplation des fresques et des icônes introduit à la prière du coeur quand les oeufs d’autruche, qui se balancent par dizaine au dessus des têtes, invitent à se recentrer sur l’essentiel. Ici, les pères du désert, comme l’oiseau vole, comme le poisson nage, priaient sans cesse tandis que s’écrivait, dans les Didascalées de la région, le dogme de l’Eglise. Cette histoire tissée au fil des mythes et des mystères dote les coptes d’une double identité. Ils sont tout à la fois les descendants des pharaons, héritiers des commencements de l’histoire, et les fils de la Révélation, témoins de la première Eglise. DE PAGE EN PAGE, LE GUIDE DU BON MARCHEUR Mais le pèlerinage, plus profondément, se déploie dans notre vie spirituelle dont il est, par la mouvance et la vacance qu’il implique, le symbole. Durant notre voyage, la Bible fut notre guide, un guide insensé qui se moque des pays traversés. Seul compte le chemin, et cette obsession reprise de page en page : il faut partir ! Elle met ainsi en scène un Dieu qui marche depuis la nuit des temps au milieu de son peuple. Un peuple qui rechigne à se mettre en route, qui préfère à l’âpre liberté du désert la molle servitude du pays d’Egypte, qui ne souhaite pas que Dieu s’immisce trop dans sa vie, qui craint de le rencontrer, de se faire « avaler » par Lui . L’épisode du Buisson ardent dit pourtant que, comme son double végétal, l’homme peut rencontrer le Dieu –flamme sans en être consumé. Comme les Hébreux nous ressemblent ! Nous nous retrouvons dans leur tiédeur et leurs frayeurs, dans la fatigue qui les fait s’arrêter, planter leurs tentes et s’enfoncer dans un sommeil désespéré, désespérant… avant de repartir, tirés, poussés par ce Père entêté qui les compte un par un. Ils peuvent le maudire, le remplacer par le Veau d’Or, un dieu à leur convenance, Il ne s’avoue jamais vaincu. Fou d’amour, Il les rattrape et les conduit vers la terre féconde où ruissellent le lait et le miel.
Bienvenue à l'église
Notre Dame d'Égypte