Présentation
Chapelle
Sacrements
Articles
Photos
Livre d'or
à propos
plan du site
accueil • Présentation • Chapelle • Sacrements • Articles • Photos • Livre d'or • à propos plan du site
plan du site Articles 2015     (titres des images : précédent ; suivant ; usage au clavier : flèche gauche et flèche droite ; précédent (clavier : flèche gauche) ; suivant (clavier : flèche droite) ; précédent ; suivant ; usage au clavier : flèche gauche et flèche droite)
» plan du site » Articles » 2015 » 1er semestre : 40ème jours des martyrs coptes en Lybie Le 26 mars 2015, la communauté copte orthodoxe se réunissait en l’Eglise de Sainte Marie et Saint Marc à châtenay-Malabry pour commémorer le quarantième jour du martyr de leurs frères coptes décapités sur une plage libyenne. Son Excellence Ehab Badawy, ambassadeur de la République Arabe d’Egypte, Madame Le Consul général, des représentants de la république française et des Eglises orientales et latines étaient présents. Accompagné du diacre Pierre Botros et de nombreux fidèles, Mgr Michel Chafik, recteur de la Mission copte catholique de Paris, est venu dire sa compassion et témoigner de son espérance. Mot pour le 40ème jour du martyr Excellence, Chers amis, Mgr Pascal Gollnisch, vicaire général des catholiques des Eglises orientales résidant en France, m’a demandé de le représenter ce soir, alors que nous célébrons le 40ème jour du martyr de nos compatriotes assassinés en Libye. A travers l’ordinariat, c’est l’Eglise de France qui s’unit à notre peine, à la grande peine des coptes, à la grande peine de tous les égyptiens. Mais qui étaient ces hommes qui furent condamnés à mort sans même avoir été jugés ? Des politiques ? Des soldats ? Des agents du renseignement ? Non, rien de tout cela. C’était des hommes simples, qui travaillaient dur, respectaient la loi et aimaient leurs frères et leur Seigneur de toute leur âme. Quel était donc leur crime pour qu’ils soient égorgés ainsi, comme à l’abattoir ? Leur crime était double. Ils avaient, d’abord, le tort d’être égyptiens. Daech rêve d’un monde totalitaire, d’un monde uniformisé d’où la différence serait bannie. L’Egypte, elle, cultive le dialogue, la convivialité entre les hommes de race, de culture et de religion différente. Chez nous, depuis toujours, chrétiens et musulmans partagent le pain, les peines et les joies, ce dont témoigne notre assemblée. Regardez : représentants du pouvoir civil et des communautés religieuses, croyants et non croyants, coptes et musulmans sont unis dans un même chagrin, dans un même rejet, viscéral, de la barbarie. Plus profondément, le crime des victimes du 14 février, leur crime capital, était d’être chrétiens. Ils auraient pu, peut-être, avoir la vie sauve. Il leur aurait suffi pour cela de presque rien, d’un mot ; il leur aurait suffi de se faire apostat. Mais non. Jusqu’à leur dernier souffle, ils sont demeurés fidèles au Christ. Accrochés à la Croix, sur cette plage libyenne, battue par les flots, ils ont rejoint le peuple immense de nos martyres. Mon Dieu, Mon Dieu ! Il semblerait que notre calendrier, le calendrier des martyrs initié sous Dioclétien, ne dût jamais se refermer. « Celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n’est pas digne de moi. Qui veut garder sa vie pour soi la perdra. Qui perdra sa vie pour moi la gagnera ». A l’heure de l’ultime sacrifice, nos martyrs se sont laissé rejoindre par la parole christique. C’est pour nous le temps du carême, le temps de la longue marche vers la mort annoncée du Christ, vers la mort annoncée de tous ceux qui le suivent. Aujourd’hui, le cœur brisé, nous accompagnons nos martyrs dans leur passion, nous gravissons avec eux et leurs familles le chemin du Golgotha. La douleur de leurs mères, de leurs sœurs, de leurs épouses rejoint, mystérieusement, celle de Marie, Notre Mère à tous, Notre Dame des douleurs. La douleur de leurs pères, de leurs frères, de leurs fils rejoint celle des disciples le vendredi saint. Leurs bourreaux ont voulu effacer le visage du Christ de l’Etat islamique. Mauvais calcul ! Par leur sacrifice, leurs victimes ont reproduit ce Saint visage à l’infini. Oui, notre peine est immense. Cependant, plus forte que notre douleur, il y a la certitude que la vie, toujours, triomphe de la mort ; la certitude qu’à la nuit noire du vendredi saint succédera l’aveuglante lumière du matin de pâques. « O mort, où est ta victoire ? ». Mgr Michel Chafik Recteur de la Mission copte catholique de Paris Eglise Notre Dame d’Egypte Le Grand Moufti d’Egypte à Paris Le 22 avril 2015, son Excellence Ehab Badawy, ambassadeur de la République Arabe d’Egypte, a donné un dîner en l’honneur de son Excellence, le Docteur Shawky Allam, Grand Moufti d’Egypte. Des représentants des pouvoirs civils et religieux étaient conviés à la réception. Le père Girgis Louka représentait l’Eglise copte orthodoxe, Mgr Michel Chafik l’Eglise copte catholique « Notre Dame d’Egypte ». Ce fut pour les participants un temps de dialogue fécond et de convivialité.
Bienvenue à l'église
Notre Dame d'Égypte