Présentation
Chapelle
Sacrements
Articles
Photos
Livre d'or
à propos
plan du site
accueil • Présentation • Chapelle • Sacrements • Articles • Photos • Livre d'or • à propos plan du site
Articles Coptes catholiques en France * : Les coptes catholiques L’épreuve de l’exil Le soutien de la Mission à la diaspora La Mission, pont entre l’Orient et l’Occident notes - références - historique des lieux et des personnes     (titres des images : précédent ; suivant ; usage au clavier : flèche gauche et flèche droite ; précédent ; suivant ; usage au clavier : flèche gauche et flèche droite)
» Articles » Coptes catholiques en France * : Les coptes catholiques • L’épreuve de l’exil • Le soutien de la Mission à la diaspora • La Mission, pont entre l’Orient et l’Occident • notes - références - historique des lieux et des personnes L’épreuve de l’exil L’exil, un deuil sans fin Viscéralement attachés à leur terre natale, l’émigration pour eux n’est pas un choix. C’est une nécessité : ils y ont été contraints par la misère, la montée de l’intégrisme et la ségrégation à l’encontre des chrétiens considérés comme des citoyens de second zone. L’exil est une douleur, une épreuve, un deuil sans fin. Il n’est qu’à relire les pages consacrées à l’Exode par la Bible pour entendre, toujours recommencée, la clameur désespérée du migrant qui confie à Yahvé, avec ses doutes et ses terreurs, la nostalgie de sa vie antérieure. L’exil fait de vous le plus fragile des hommes, le plus désorienté, celui qui n’a plus ni langue, ni statut social, ni ancrage familiale. Contre cette redoutable expérience de dépersonnalisation temporaire, la diaspora s’avère l’unique rempart. D’une société patriarcale à l’univers éclaté des sociétés post-modernes Les membres de la communauté copte catholique de France sont, pour la plupart originaires de Haute-Égypte, où leurs parents restés au pays sont des paysans ou des artisans. Ils ont grandi dans une société traditionnelle qui cultive les valeurs familiales et religieuses. A la compagne, mais aussi en ville, les générations cohabitent sous le même toit et l’autorité des anciens est, aujourd’hui comme hier, profondément respectée. Attachés aux valeurs héritées du passé, aux pratiques patriarcales, les coptes évoluent certes, mais lentement. Comme la maison est le cœur de la vie familiale, la paroisse, avec ses activités éducatives et sociales, est un lieu de rencontre apprécié par tous. Les enfants s’y retrouvent pour jouer, les parents pour bavarder et c’est à l’ombre du clocher que se décident les alliances, que se concluent les affaires. Rien, dans leur environnement d’origine ne préparait donc les coptes à la découverte de l’univers éclaté des sociétés post-modernes. Rien, hormis le chômage, endémique en Égypte, l’extrême pauvreté et les vexations qui sont le lot quotidien des chrétiens, « dhimmis » de fait s’ils ne le sont plus juridiquement. Placée sous l’autorité conjointe de l’Église d’Égypte et de l’Église de France, la Mission est la gardienne de l’identité copte et le signe tangible de l’unicité et de l’universalité de la catholicité. Son Recteur obéit à une double hiérarchie. Sa Mission lui a été confiée par le Patriarche d’Alexandrie et c’est en accord et avec le soutien de l’Archevêque de Paris, Ordinaire des Orientaux de France qu’il l’accomplit. Notre Dame des Malades, une petite chapelle du 10ème arrondissement qui devient, chaque dimanche et pour quelques heures Notre Dame d’Égypte et l’illustration des liens très étroits qui unissent l’Église d’Alexandrie à l’Église romaine. Dans ce modeste bâtiment du 19ème se côtoient en effet avec bonheur l’habituel chemin de croix en plâtre, la photo de Sainte Thérèse et l’iconostase aux couleurs éclatantes venue d’Égypte.
Bienvenue à l'église
Notre Dame d'Égypte