Présentation
Chapelle
Sacrements
Articles
Photos
Livre d'or
à propos
plan du site
accueil • Présentation • Chapelle • Sacrements • Articles • Photos • Livre d'or • à propos plan du site
Articles 2008 - 2007 - 2003 Vœux de Noël 2008 - paru sur Hermas.info (titres des images : précédent ; suivant ; usage au clavier : flèche gauche et flèche droite ; précédent ; suivant ; usage au clavier : flèche gauche et flèche droite)
» Articles » 2008 - 2007 - 2003 » 2008 : Vœux de Noël 2008 - paru sur Hermas.info Vœux de Noël 2008 - paru sur Hermas.info Vœux de Noël 2008 de Mgr Michel Chafik, Recteur de la Mission Copte Catholique de Paris Comme l’an passé, Mgr Chafik a bien voulu nous communiquer son Message de Noël pour qu’il soit porté sur Hermas.info non seulement à l’ensemble des fidèles de sa communauté, mais aussi à tous les fidèles catholiques, quel que soit leur rite, que ce blog peut atteindre. C’est l’occasion pour nous, non seulement de l’en remercier chaleureusement, mais aussi de nous associer, et de vous inviter à vous associer, à la prière de cette antique communauté chrétienne, dispersée et persécutée. Noël 2008 Gloire à Dieu au plus haut des Cieux et Paix sur la terre aux hommes qu’Il aime ! Voici revenue la saison où, des quatre coins du monde, nous échangeons lettres et cartes de vœux. C’est un beau rendez-vous que nous nous donnons alors que, tendus vers Noël qui s’annonce, nous rendons grâce pour l’année écoulée. 2008 fut pour moi une année un peu particulière qui s’écrivit entre ombre et lumière. Il y eut d’abord, comme une pause douloureuse, le temps de la maladie qui fut aussi chemin d’initiation. Dès mon plus jeune âge, j’ai appris de ma nombreuse famille la joie de servir. Cloué sur mon lit d’hôpital, je me sentais pour la première fois de ma vie désespérément inutile. Je découvrais aussi la dépendance et ce qu’on éprouve lorsqu’on doit, en permanence, se faire assister. Oser demander, savoir recevoir : une leçon d’humilité qui permet de renouer avec l’esprit d’enfance. Outre la relation aux autres, la maladie modifie le rapport au corps, cette merveilleuse machine que l’on néglige trop souvent lorsqu’elle est en état de marche. Mais que soudain elle grippe, se dérègle, et c’est toute l’existence qui s’en trouve bouleversée. Mon corps, jusqu’alors, avait été le fidèle complice que j’aimais défier dans mes activités sportives : le football, la passion de ma jeunesse ; la natation et le vélo, les passe-temps favoris de ma maturité. Et voilà que ce vieux camarade déclarait forfait. Je n’en revenais pas ! Plus profondément, j’expérimentais que dans l’étroit compagnonnage de l’âme et du corps, seul le secours de la Grâce permet à la première de demeurer vaillante quand le second est si mal en point. Enfin, les cinquante-cinq jours durant lesquels je n’ai connu que le goutte-à-goutte ont ravivé ma faim de l’Eucharistie. Tant que dura cette longue diète se creusa en moi, lancinant, le désir du Christ, plus présent peut-être dans la plénitude de son manque qu’Il ne le fut jamais lorsque, par la communion quotidienne, mon besoin de Lui se trouvait aisément satisfait. Oui, ce fut cela, sans doute, le plus difficile : ne plus goûter la Vie sur la langue, quand le plus bénéfique fut que ce carême exempt de tout divertissement m’ait, selon la belle expression biblique, ramené vers moi, dans l’attente des Noces. Vint ensuite le temps de la fête. Fêtes de toutes sortes car désormais tout m’était fête. Fête familiale avec l’arrivée surprise à Paris de ma sœur religieuse que rejoignit peu après mon frère aîné. Fête de l’amitié lors des retrouvailles avec mes confrères prêtres, mes paroissiens et tous ceux auxquels m’unissent les liens très précieux du cœur. Fête de mes trente ans de sacerdoce où, entouré des communautés de Saint François de Sales et de Notre Dame d’Egypte, je célébrai ma joie d’être prêtre. Fête, au Québec, de Notre Dame d’Egypte dont fut commémoré le dixième anniversaire. Et retour ému vers ce qui restera, pour les coptes de Montréal dont j’étais le Recteur, une inoubliable aventure. Par la seule force de la foi- car nous n’avions rien alors, rien que notre rêve de sanctuaire chevillé au cœur- la lente métamorphose d’un vieil entrepôt abandonné en la plus vivante des églises. Alors que je vous écris, je songe qu’en opposant ainsi épreuves et bonheurs, je trahis la réalité, la vie unissant en un nœud bien serré les contraires qui cohabitent dans l’univers. N’est-ce pas ce que nous rappelle la fête de Noël ? Le dénuement de l’Enfant est extrême ainsi que sa fragilité. Il n’en est pas moins le Fils et le Sauveur, le Christ Roi qu’après les bergers et les pauvres gens, les mages, ces princes venus d’Orient, s’apprêtent à visiter. Du fond du cœur je vous souhaite, chers amis, de belles et saintes fêtes. Que la chaude lumière de la Nativité, qui rayonne d’autant plus que le monde est plus sombre, vous éclaire tout au long de l’année à venir ! JOYEUX NOEL ET HEUREUSE NOUVELLE ANNEE
Bienvenue à l'église
Notre Dame d'Égypte