Présentation
Chapelle
Sacrements
Articles
Photos
Livre d'or
à propos
plan du site
accueil • Présentation • Chapelle • Sacrements • Articles • Photos • Livre d'or • à propos plan du site
Articles 2012 2012 - 1er semestre :     (titres des images : précédent ; suivant ; usage au clavier : flèche gauche et flèche droite ; page précédente ; page suivante ; précédent ; suivant ; usage au clavier : flèche gauche et flèche droite)
» Articles » 2012 » 2012 - 1er semestre : Les Coptes survivront-ils au printemps égyptien ? Dimanche, la paroisse Saint-Germain accueille Mgr Michel Chafik, recteur de la Mission Copte de Paris, à propos de l’Égypte et de l’avenir de sa révolution démocratique. ( cliquer sur l'image pour afficher la page du journal Ouest-France, parution du vendredi 13 janvier 2012) • Après le Printemps arabe, comment percevez-vous la situation actuelle en Égypte ? En 18 jours, sans basculer dans la guerre civile, la rue égyptienne a renversé Moubarak et chassé une partie de son entourage. C’est une belle victoire, mais ce n’est pas une révolution, bien au contraire. L’heure, aujourd’hui, n’est plus à l’euphorie mais au doute et même, dans certaines régions, au chaos. • Monseigneur, comment, vous, envisagez-vous l’avenir de ce pays ? De nombreuses interrogations hypothèquent l’avenir du pays. L’armée, garante de la transition, joue un rôle très ambigu et peut légitimement être soupçonnée d’attirer les tensions interconfessionnelles en vue de maintenir l’ordre ancien, tant au niveau national qu’international. Par ailleurs, les résultats des élections pour l’Assemblée du peuple sont extrêmement préoccupants. Ils confirment la victoire annoncée des Frères musulmans mais enregistrent aussi la percée, plus inattendue, des salafistes. Il ne faut pas négliger enfin le rôle joué dans l’ombre, par les hommes de l’ancien régime. L’armée, les islamistes et les survivants de l’ère Moubarak menacent les idéaux de Tahrir. Tout comme le contexte économique désastreux. Quelques signes sont néanmoins porteurs d’espoir : une partie de la jeunesse des Frères musulmans s’est rebellée contre le conservatisme des leaders et un grand nombre de femmes aspirent à des droits accrus. La révolution de plus a fait bouger les lignes. La peur est tombée. • Et pour les chrétiens d’Égypte ? Les Coptes se sont reconnus dans les valeurs de libertés et de fraternités prônées par les jeunes de Tahrir. Aujourd’hui, cependant, les attentats perpétrés contre eux se multiplient et ils se demandent avec inquiétude s’ils pourront survivre au printemps égyptien. Ils se sentent abandonnés de tous et dans une grande détresse. Certains, la mort dans l’âme, se résignent à partir. Depuis mars dernier, plus de 100 000 Coptes ont ainsi choisi l’exil. Les autres ont le courage de demeurer là où le Seigneur les placés, d’être pleinement acteurs des changements revendiqués par la société civile. • Quelles aides les Occidentaux peuvent-ils apporter aux minorités opprimées en Orient ? Les puissances étrangères doivent se montrer vigilantes, exiger fermement le respect des droits de l’homme et la disparition de la notion de minorité, dernier avatar de l’infamante dhimmitude. Recueilli par Édouard MARET. Dimanche 15 janvier, à 16 h 45, à l’église Saint-Germain, sur le thème « Printemps arabe et chrétiens en Égypte, situation actuelle et avenir ». Prédications lors des messes à l’église Saint-Germain : samedi 14 à 18 h, dimanche 15 à 9 h 30, 11 h et 18 h.
Bienvenue à l'église
Notre Dame d'Égypte