Présentation
Chapelle
Sacrements
Articles
Photos
Livre d'or
à propos
plan du site
accueil • Présentation • Chapelle • Sacrements • Articles • Photos • Livre d'or • à propos plan du site
Articles 2012 2012 - 1er semestre :     (titres des images : précédent ; suivant ; usage au clavier : flèche gauche et flèche droite ; page précédente ; page suivante ; précédent ; suivant ; usage au clavier : flèche gauche et flèche droite)
» Articles » 2012 » 2012 - 1er semestre : Les chrétiens d'Orient sont victimes d'un nettoyage ethnique ( ci-dessous copie d'écran du site rue89.com : lien direct ) « Les chrétiens d'Orient sont victimes d'un nettoyage ethnique » Patrick Vallelian Mis à jour le lundi 26 décembre 2011 à 15h42 Elu en mars 2011, 77e patriarche de l'Eglise maronite, Mgr Béchara Raï dirige une communauté de 3,5 millions de chrétiens d'Orient à travers le monde. Dans une interview à notre partenaire L'Hebdo de Genève, il fait part de sa vive inquiétude : la montée en puissance des islamistes met en danger sa communauté. Il redoute que la percée de mouvements islamistes ne pousse les chrétiens à l'exil. Entretien dans son siège épiscopal à Bkerke, à une vingtaine de kilomètres de Beyrouth. L'Hebdo : Attentats contre des quartiers chrétiens, églises incendiées, assassinats, intimidations... Depuis quelques années, des centaines de milliers de chrétiens irakiens, égyptiens ou soudanais sont poussés sur les chemins de l'exil. Assiste-t-on à un nettoyage ethnique généralisé ? Mgr Béchara Raï (Bkerkelb.org) Mgr Béchara Raï : Le « nettoyage ethnique » des chrétiens d'Orient n'est pas un objectif en soi, mais il est une conséquence de la déstabilisation de la région. Ils sont les victimes innocentes des intégristes qui les marginalisent, qui en font des citoyens de seconde zone là où la religion d'Etat est l'islam et la source de la législation civile est le Coran. Les chrétiens doivent alors fuir leur patrie, comme les Irakiens, pour des raisons économiques, politiques et sécuritaires. Cela constitue une grosse perte culturelle, religieuse, morale et économique pour la région. Le printemps arabe, qui a permis une montée en puissance des islamistes, en Tunisie, en Libye ou encore en Egypte, pourrait-il accélérer cet exode ? Oui. Les chrétiens, en tant que minoritaires, sont des boucs émissaires faciles dans certains pays où nous passions d'un régime dur à un régime plus dur encore. La faute notamment aux groupes fondamentalistes qui sont financés par certains Etats du Golfe, armés, organisés et soutenus par certains pays d'influence, alors que les musulmans dans leur grande majorité sont plutôt modérés. Dans ce cas, on ne peut pas parler de « printemps arabe », mais « d'hiver arabe ». Sinon ? Tant que les sociétés arabes sont attachées à un système politique inspiré par l'islam et qui ne sépare pas religion et Etat, elles ne sont pas prêtes pour la démocratie. Car la théocratie exclut la démocratie. Vous ne pouvez pas marginaliser une partie de votre population et parler de démocratie... Il n'est pas étonnant dès lors que les manifestations se transforment en événements sanglants, que la violence devienne un outil politique et que les groupes fondamentalistes mettent le chaos dans les rues. Comme en Syrie, par exemple, où plus de 5 000 personnes ont été tuées depuis le début du soulèvement ? La situation en Syrie est très critique. Je crains que les événements sanglants en cours n'aboutissent à une guerre civile entre sunnites et alaouites avec de lourdes conséquences pour les chrétiens. Dans ce cas, les réformes politiques désirées resteront lettre morte et le désordre politique, social et sécuritaire règnera dans toute la région, Liban y compris. Etes-vous médiateur dans cette crise ? Médiateur, c'est trop dire. J'appelle au dialogue et à l'entente pour entreprendre les réformes politiques nécessaires et je condamne la violence. Nous voulons éviter que la Syrie se transforme en un nouvel Irak qui reste pour nous un exemple très éloquent de ce qu'il ne faut pas faire. Où est d'ailleurs la démocratie dans ce pays ? Qu'attendez-vous de l'Occident ? Pas grand-chose. Les pays occidentaux regardent avant tout leurs propres intérêts économiques et politiques, alors que la communauté internationale détourne le regard des problèmes des chrétiens d'Orient. Cela dit, l'Europe va faire face à un gros problème avec ses minorités musulmanes dont certains membres ne veulent pas séparer Etat et religion. Pour eux, l'islam vient en premier. Et ils font plus d'enfants que les chrétiens. Est-ce que le Liban, où les religions cohabitent sans trop d'accrocs pour l'instant, peut servir de modèle dans ce Moyen-Orient en pleine mutation ? Les chrétiens du Liban ont toujours eu un rôle moteur. Ils sont à l'origine de la formation du pays qui se distingue, politiquement, culturellement et socialement des autres Etats de la région avec des institutions qui respectent toutes les religions, qui leur reconnaissent une autonomie juridictionnelle en matière de mariage notamment. C'est grâce à eux que le Liban est devenu « le poumon » des Arabes et de l'arabité, par les libertés, la culture, la démocratie, l'ouverture à l'Occident... L'autre question qui fâche au Liban concerne le désarmement du Hezbollah. Est-ce le premier pas vers une paix durable ? Le désarmement du Hezbollah constitue une bonne base pour l'entente entre les Libanais. Mais ce n'est pas encore la paix. Celle-ci ne peut se compléter que par le retrait total de l'armée israélienne des régions qu'elle occupe encore, ainsi que par le désarmement des réfugiés palestiniens, par leur retour à leurs terres d'origine et par l'établissement d'un Etat palestinien comme l'exigent les résolutions du Conseil de sécurité. En partenariat avec l'Hebdo.
Bienvenue à l'église
Notre Dame d'Égypte