Présentation
Chapelle
Sacrements
Articles
Photos
Livre d'or
à propos
plan du site
accueil • Présentation • Chapelle • Sacrements • Articles • Photos • Livre d'or • à propos plan du site
Articles 2011 2011 - 2ème semestre :     (titres des images : précédent ; suivant ; usage au clavier : flèche gauche et flèche droite ; page précédente ; page suivante ; précédent ; suivant ; usage au clavier : flèche gauche et flèche droite)
» Articles » 2011 » 2011 - 2ème semestre : Conférence à Notre-Dame du Liban, 6 décembre Conférence à Notre-Dame du Liban A l’invitation de Monseigneur Saïd Elias SAÏD, vicaire patriarcale et curé de la paroisse maronite « Notre-Dame du Liban » et en présence de monsieur Roland DUBERTRAND, Conseiller pour les affaires religieuses au Ministère des Affaires Étrangères et Européennes, Monseigneur Michel Chafik, le mardi 6 décembre, analyse les premiers résultats des élections législatives et les probables répercussions d’une victoire des partis islamistes sur les Coptes. Égypte aujourd’hui et demain Les Coptes ont cru en la révolution et se sont reconnus dans les valeurs de liberté et d’égalité prônés par les jeunes de Tahrir. Aujourd’hui cependant, les attentats perpétrés contre eux se multiplient et ils se demandent, avec inquiétude, s’ils pourront survivre au printemps égyptien. Plus que l’analyse géopolitique, entachée souvent de partialité, les faits parlent d’eux-mêmes. C’est par le triste inventaire des violences récemment faites aux coptes que nous ouvrirons notre réflexion. La triste litanie des attentats • En mars, un mois à peine après la chute de Moubarak, de violents heurts ont éclaté entre chrétiens et musulmans à Mouqattam, au lendemain de l’incendie d’une église dans le sud de la capitale à Sol Helwan. • La même tragédie s’est répétée deux mois plus tard, en mai, dans le quartier populaire d’Imbaba, au Caire. 15 personnes ont été tuées et 200 autres blessées, en réponse à l’attaque d’une église où une chrétienne, convertie à l’islam, était supposée être retenue. • Début octobre, l’église St Georges, à Merinab, une petite ville aux environs d’Assouan, a été prise d’assaut par plusieurs centaines de musulmans qui l’ont incendiée et détruite. Les murs de l’église où les coptes prient depuis 1940 menaçaient de s’écrouler. Les chrétiens ont obtenu du gouverneur une autorisation de réfection. Malheureusement un groupe de wahabites a contesté la décision et dicté ses conditions : ni coupole ni croix. Le vendredi suivant, l’imam a excité le peuple qui, dès la fin de la prière a détruit l’église et brulé les maisons des chrétiens. • Le dimanche 9 octobre enfin, l’armée n’a pas hésité à lancer ses véhicules blindés sur la foule des coptes venus en famille demander le respect de leurs droits. Officiellement on dénombre 24 morts et plus de 320 blessés mais ces chiffres sont sans doute très en dessous de la réalité. Les civils musulmans qui étaient là ont été incités à la violence par la télévision d’État. Celle-ci a annoncé que les coptes attaquaient les militaires et que les égyptiens devaient se porter au secours de leur armée. • Le premier décembre enfin, c’est un différent sans important qui a entrainé un déchainement de violence contre les chrétiens de la ville de el-jhorayzat, dans la province de Souhag. Il y a eu des morts et des blessés, de nombreuses maisons chrétiennes ont été pillées et incendiées. A noter que les violences ont commencé à 11h du matin mais que les forces de sécurité ne sont arrivées sur place que très tard dans la soirée. Ce ne sont là que les cas les plus graves enregistrés depuis la révolution du 25 janvier. Des dizaines d’autres éclatent un peu partout et sont, les plus souvent, réglés pacifiquement par les sages. Quoi qu’il en soit, ces événements ravivent la tension intercommunautaire et compromettent le processus de démocratisation. Le point de départ à ces déchaînements de haine est presque toujours le même. Il s’agit soit d’une romance entre personnes de religion différente, soit de travaux de rénovation ou d’extension d’église. Dans le chaos qui a suivi la révolution, les fanatiques n’ont plus personne à craindre et s’en prennent, comme jamais, aux chrétiens. Comment ne pas voir dans ces flambées de violence un exutoire aux frustrations accumulées par les plus pauvres des musulmans? Comment ne pas y voir le fruit vicié de la haine semée par les intégristes ? L’héritage empoisonné Pour comprendre ce qui se passe, il faut faire un peu d’histoire et revenir aux années soixante. A cette époque, sous la présidence de Gamal Abdel Nasser, la société égyptienne s’est arabisée alors qu’elle était méditerranéenne dans son approche. En s’arabisant, elle s’est islamisée, du fait de l’influence croissante de l’Arabie saoudite, de l’islam wahhabite et des pétrodollars. Parallèlement, la crise économique a forcé des millions d’égyptiens à chercher un emploi en Arabie Saoudite. Ils en sont revenus pétris d’idées totalement étrangères à la culture égyptienne. La conception salafiste ou wahabite de l’islam est fermée, extrémiste et hostile à la démocratie. Depuis des décennies, les idées wahabites se sont répandues en Égypte où elles ont introduites la haine des coptes. C’est ainsi qu’un prédicateur wahabite, particulièrement écouté, n’hésite pas à déclarer : « pas d’amitié ni d’affection avec les chrétiens. Il ne convient pas de leur souhaiter de bonnes fêtes religieuses, puisqu’à l’occasion de ces fêtes, ils deviennent encore plus mécréants, ni de se mettre sous leur autorité ». A ce propos, il faut rappeler le refus d’avoir un gouverneur copte à Kéna, en haute- Égypte, refus qui s’est terminé par la mise à l’écart de ce dernier. Je pourrais multiplier à l’infini ces déclarations qui sont reprises, chaque jour, lors des prêches prononcés par les salafistes dans les mosquées ou à la télévision. Encouragés par le laxisme des autorités, ils redoublent de violence dans leur discours haineux à l’encontre des chrétiens. Ils les traitent de dhimmis et exigent que, comme par le passé, ils paient la jiziya, l’impôt de protection imposé jadis aux non-musulmans. Les médias, comme toute la société, subissent leur détestable influence. Les forces en présence Les égyptiens ont pu, par leur détermination, faire tomber le régime autoritaire et corrompu établi, depuis plus de 30 ans, par Moubarak. Mais, tant sur le plan politique qu’économique, ils se trouvent démunis, incapable d’organiser l’après dictature. L’armée, garante de la transition, joue un rôle très ambigu. Elle ne protège pas les coptes comme elle le devrait. Comme par le passé, leurs assassins ne sont jamais inquiétés, ni jugés. Quant aux engagements pris lors de la chute de l’ancien régime, ils ne sont pas tenus. Ainsi, après la révolution, les militaires s’étaient engagés à amender la loi relative à la construction des lieux de culte et il n’en a rien été. Traditionnellement des liens forts unissaient les égyptiens à leur armée. Ses dirigeants, issus du peuple, en portaient les rêves et les idéaux. Si la police était honnie pour sa violence et sa corruption, l’armée était unanimement respectée. Lors de la révolution elle sembla, dans un premier temps du moins, mériter cette confiance. Très vite, elle déclara que les revendications des jeunes étaient légitimes et s’engagea à ne pas faire usage de la force. Aujourd’hui cependant, entre le peuple et l’armée, la lune de miel semble terminée, l’heure du divorce advenue. Une frange de la population suspecte les militaires de vouloir s’accrocher au pouvoir et souhaite que le CFA mette fin à la période de transition en organisant, au plus vite, des élections présidentielles. Les coptes, sur cette question, se montrent plus réservés. Ils reprochent à l’armée ses pratiques autoritaires, réclament eux aussi, et avec insistance, l’instauration d’un état de droit. Mais ils savent également que seule l’armée peut empêcher le chaos et les exactions dont sont d’abord victimes, dans les périodes intermédiaires, les minorités ; qu’elle seule a le pouvoir de préserver le pays de l’état islamique auquel les chrétiens ne pourraient survivre. Les résultats des élections qui, pour l’Assemblée du Peuple, s’étaleront jusqu’au 10 janvier, sont en effet extrêmement préoccupants. Au Caire et à Alexandrie les frères musulmans, principale force d’opposition sous le régime de Moubarak, l’ont, comme prévu, emporté haut la main via leur parti Liberté et Justice qui totalise plus de 36 % des voix. Plus inattendue, en revanche, et ô combien inquiétante, est la percée des salafistes. En obtenant près de 25 % des suffrages leur parti, El-Nour, devient la seconde force politique du pays. Trois facteurs ont contribué à la victoire des islamistes : leurs chefs qui furent pourchassés par l’ancien régime, ont pour le peuple l’aura des martyrs ; grâce à l’argent de l’Arabie Saoudite, ils ont pu en outre développer leurs œuvres de bienfaisance et gagner le cœur, non seulement des pauvres gens, mais aussi de la classe moyenne. Depuis des décennies enfin, ils se préparent, dans l’ombre, à prendre le pouvoir. Leur parti est à ce jour le seul parti véritablement organisé de la scène politique égyptienne. Ceci explique que le Bloc égyptien, la coalition des partis libéraux et laïcs à laquelle participent les chrétiens, n’ait réussi à séduire que 13 % des électeurs. Les coptes, pourtant sont entrés avec détermination dans le débat politique. Aujourd’hui, ils se font entendre et réclament, haut et fort, la pleine citoyenneté, la liberté religieuse et l’instauration d’un État civil. Sur ce dernier point, sur la forme de l’État, les Frères musulmans, débordés sur leur droite par les salafistes, sont eux-mêmes divisés. Le temps de la révolution et la période post Moubarak ont ainsi été marqués par leurs atermoiements et leurs incessantes voltes faces. Dès sa formation, le Parti de la Liberté et de la Justice, s’est déclaré en faveur d’un « État civil à référence islamique » liant les « demandes de l’extraordinaire révolution » aux valeurs portées par l’Islam. Cependant, une partie des militants, les plus jeunes principalement, ne se reconnaissent plus dans les orientations de la direction. L’institution al-Azaharienne a tenté, sans grand succès, d’arbitrer entre les uns et les autres. Dans cet esprit, elle a préparé un document de référence où apparaît la notion d’ « État civil citoyen et démocratique ». Notion aussitôt rejetée par l’aile conservatrice des Frères ainsi que par les salafistes. Aujourd’hui, l’expression « État civil à référence islamique » tend à disparaître des discours où se multiplient les références à un « État islamique » 1 . Ces dissensions ne sont pas conjoncturelles. Elles ne sont pas liées au contexte présent mais à la nature même du patrimoine légué par Hasan el-Banna. Celui-ci, qui s’articule autour de l’opposition systémique d’une idée civile et d’une idée islamique, induit le recours possible au jihad et ne s’accommode ni du pluralisme politique ni d’un État civil. Si, comme tout hélas le laisse présager, la notion d’État islamique devait être retenue, les coptes n’auraient plus leur place en Égypte. Après ces premiers résultats, beaucoup de questions se posent, d’autant que nul ne sait aujourd’hui quelles prérogatives incomberont au futur Parlement. Si le Conseil Supérieur des Forces Armées s’est félicité de la forte participation (62 %), il n’a pas réagi aux résultats de ce vote islamique à plus de 60 %. Les militaires respecteront-ils le pouvoir du parlement ou le cantonneront-ils dans un rôle consultatif comme à l’époque de Moubarak ? Laisseront-ils l’Égypte s’engager dans l’aventure islamique ou lui imposeront-ils, par la force, une autre voie ? Entre inquiétudes et espérance Une nouvelle fois les égyptiens se trouvent pris au piège, confrontés à un choix impossible : soutenir l’armée pour ne pas hypothéquer la possibilité d’un état civil ou bien rejeter la tutelle militaire au risque de tomber entre les mains des extrémistes. Non, décidemment, il n’y a rien de changé sous le soleil d’Égypte. C’était le même chantage qu’exerçait hier Moubarak : moi ou le chaos islamique. Alors oui, si la révolution fut belle, ses lendemains déchantent. Les égyptologues appellent "périodes intermédiaires" les temps, pleins de bruit et de fureur, qui accompagnaient le passage d'une époque à une autre. De nouveau, l'Égypte vit une de ces époques intermédiaires, transition obligée pour entrer dans une ère nouvelle. Aujourd'hui, le climat social est détestable; le contexte économique, désespérant, tout comme le contexte politique, avec la victoire démocratique des islamistes. Jusqu'à quel point les nouvelles majorités, ignorantes des droits des minorités, seront-elles néfastes aux chrétiens, nul ne le sait. Dans un tel environnement, que peuvent faire les Coptes? Partir? Comme disait Mgr Michel L. FITZGERALD, nonce apostolique au Caire : « Des chrétiens ont certainement quitté l’Égypte ces derniers temps, mais les Églises les encourages à rester » 2 . Les chiffres parlent d'eux-mêmes. Depuis mars dernier plus de 100.000 Coptes ont choisi l'exil selon Naguib Gabraîl, président de l'Union Égyptienne des Droits de l'Homme. S'enfermer dans les églises, s'y enfouir, comme le grain dans la terre lorsque souffle la bise? La tentation de l'entre soi, du repli communautaire, on le sait, est récurrente. Se battre? C'est cette troisième option que retient le patriarche copte catholique, le Cardinal Antonios Naguib. Il exhorte ses fidèles à demeurer là où le Seigneur les a placés, à être pleinement acteurs des changements revendiqués par la société civile, à exiger fermement la citoyenneté intégrale. Si le citoyen que je suis est, vous l’aurez compris, terriblement inquiet, le chrétien, contre tout espoir, s’obstine dans l’espérance. Il se refuse à croire que le printemps égyptien puisse ouvrir, pour les coptes, une nouvelle ère des martyrs ! Il se refuse à écouter les Cassandre qui annoncent, pour les chrétiens d’Égypte, un dernier exode. La révolution a fait bouger les lignes. La peur est tombée, c’est la rue, désormais, qui impose son tempo. Dans cette autre révolution, psychologique, celle-là, les Coptes sont soutenus par l’initiative égyptienne pour les droits individuels regroupe chrétiens et musulmans. Son directeur, Hassam Bahgat, appelle la société civile égyptienne à prendre ses responsabilités vis-à-vis de la communauté copte à qui la majorité musulmane impose des conditions humiliantes. Cette conversion de la démocratie passe par l’apprentissage de la tolérance, le refus des discriminations et des ségrégations. Dans ce domaine, les chrétiens, gardiens des vérités universelles définies par les Évangiles et par l’apôtre Paul, ont une longue expérience. Dans leur écoles, où se côtoient chrétiens et musulmans, les coptes catholiques militent depuis toujours contre l’exclusion. Dépassant les divisions qui déchirent le pays, ils travaillent à recréer du lien social entre les communautés. Dans ces enclaves de paix, les enfants de toutes confessions jouent ensemble, étudient ensemble et apprennent de concert à penser librement. Ils se préparent ainsi à devenir des citoyens de demain. En proposant de rendre à Dieu ce qui est à Dieu et à César ce qui est à César, le Christ avait posé les bases de la séparation entre les deux cités. Séparation nécessaire l’émergence de la nation moderne, une et invisible, dont on rêvait sur la place Tahrir. Je termine par la conclusion de sa Béatitude Bechara Rai, patriarche maronite, « En effet, soutenir les chrétiens de la région, c’est soutenir le vivre-commun et par conséquent c’est aussi soutenir – quoique indirectement – les musulmans... Car le vivre-commun est une valeur partagée qui enrichit ses deux composantes et dont nous avons tous besoin. Ainsi nous ne craignons pas pour la présence chrétienne en Orient. Car nous croyons que cela dépend davantage de la volonté de Dieu que de notre choix. Nous savons aussi que le scénario d’un monde arabe sans les chrétiens serait un scénario catastrophique pour l’Orient et pour l’Occident. Car ceci sera la fin de l’arabité en tant que culture plurielle et elle sera engloutie par la culture religieuse de l’islam. Ni l’islam, ni l’Europe ne pourront supporter une telle situation. Quant à nous, nous affirmons que l’identité nationale, la citoyenneté, la participation, la sécurité, la liberté et l’accueil de la diversité sont tous des jalons sur cet autre chemin quotidien que nous parcourons inséparablement avec nos concitoyens et frères les musulmans de tous les pays du Moyen-Orient. Ensemble, nous en sont responsables devant Dieu » 3 . Mgr Michel Chafik Recteur de la Mission Copte Catholique de Paris (1) Cf. Dominique AVON : « Frères musulmans, Révolution égyptienne et « État civil», Moyen-Orient, oct. 2011 (2) Cf Journal La Croix 6 décembre 2011, Article Paroles « Les Frères musulmans ont promis de respecter les droits des chrétiens », p. 10. (3) Cf. Bechara RAI, Discours donné à Kaslik le 18 novembre 2011 (paragraphe 5) . Télécharger le texte au format pdf
Bienvenue à l'église
Notre Dame d'Égypte