Présentation
Chapelle
Sacrements
Articles
Photos
Livre d'or
à propos
plan du site
accueil • Présentation • Chapelle • Sacrements • Articles • Photos • Livre d'or • à propos plan du site
plan du site Articles 2011 2011 - 2ème semestre :   (titres des images : précédent ; suivant ; usage au clavier : flèche gauche et flèche droite ; précédent (clavier : flèche gauche) ; suivant (clavier : flèche droite) ; précédent ; suivant ; usage au clavier : flèche gauche et flèche droite)
» plan du site » Articles » 2011 » 2011 - 2ème semestre : Les affrontements d’Imbaba http://www.radionotredame.net/programmes/2011-07-04 بدء محاكمة 48 مسلما ومسيحيا بتهمة المشاركة في اشتباكات طائفية بامبابة L'ouverture du procès de 48 musulmans responsables des affrontements d'Imbaba Imbaba, comme endroit et ville n’était pas un choix de hasard mais Imbaba était la ville que les salafistes ont choisi pour leur projet, pour fonder une république islamique en 1995. Où est l’application de la loi ? Est-ce que l’armée est capable de gouverner le pays ou non ? Elle est capable. Donc pour qu’elle soit respectée de tout le monde, elle doit gouverner. Quand les musulmans ou les salafistes se sont acharnés 24 heurs sur l’église de Sool à Helwan, l’armée est restée passive. Les vidéos montrent les visages des criminels, donnent des noms, donc ils sont connus et portant à ce jour l’armée ne les a pas arrêtés. Qu’a fait l’armée ? Elle n’a pas appliqué la loi. La justice n’a pas été rendue. Elle a tellement réunit une assemblée de réconciliation, comme s’il s’agissait une affaire strictement privé. En réalité, il s’agit d’un drame qui concerne la Nation, qui porte atteinte à l’unité nationale et qui a coûté la vie à plusieurs personnes. Il y a, la semaine dernière, une autre manifestation du climat détestable qui règne en Egypte, un musulman a coupé l’oriel d’un chrétien, un criminel qui applique la loi islamique. Qu’a fait l’armée ? De nouveau, elle s’est contentée de réconcilier les deux. Dans un Etat de droit, la loi doit être appliquer avec équité, être la même pour tous les citoyens, sans distinction. Si l’Etat n’est pas garant de la loi, s’il ne rend pas la justice, les gens se font justice eux-mêmes, c’est la vengeance et ceci conduit à une guerre civile. En tant que chrétien, je crois, bien sûr au pardon mais celui-ci n’empêche pas la justice de suivre son cours. Ce qui se passe maintenant est la conséquence de l’ignorance en matière religieuse et politique. Sur la place el-Tahrir, chrétiens et musulmans avaient un même rêve, ils avaient le sentiment d’être tous citoyens, égyptiens. Aujourd’hui, hélas, cette unité n’existe plus. Certains sont en train de voler, de confisquer la révolution. Qui est derrière cette flambé de violence ? La frange des islamistes , partisans de la lutte armée condamnés pour des attentats dans les années 1990 et qui sont sortis de prison après le 11 février. Les islamistes fondamentalistes, qui se disent pacifistes, se sont implantés dans la pays à partir du début des années 2000. Ils étaient laissés étendre leur influence sur la société pour affaiblir les Frères musulmans. Les salafistes , qui ont voulu établir une république islamique à Imbaba en 1990 à l’époque de Moubarak, et qui applique le Coran à la lettre ainsi que la charia islamique et qui provoquent des conflits dans toute l’Egypte, attaquant des bâtiments chrétiens comme les tombes de saints musulmans. Sans oublier le rôle qui joue peut-être l’Arabie Saoudite , les wahabistes , qui redoutent un rapprochement entre l’Egypte et l’Iran. Elle était à côté de Moubarak, le garant d’un équilibre régional s’inquiète pour sa propre stabilité. Elle craint aussi une révolution des rapports de force au Proche-Orient . Et comme le peuple est ignorant , les salafistes ont beau jeu de le manipuler et de l’utiliser pour parvenir à leur fin. Il y a dans la société égyptienne une grande violence verbale , il n’y a qu’à écouter les prêches de certains imams qui sont été véritable appel au meurtre. De temps en temps, cette violence verbale se concrétise. Les hommes passent à l’acte. Ils osent alors ôter la vie à leur semblable et détruire les lieux de culte. Ceci est tout à fait désespérant. C’est un crime contre l’humanité, contre les chrétiens mais aussi contre l’Islam et contre la Nation. Tout le monde dans le pays, chaque égyptien est ainsi la victime de ses fanatiques et de la faiblesse du Pouvoir, incapable de prendre ses responsabilités. Le devoir de l’Etat est de protéger l’ordre publique. Revenons maintenant au prétexte de ces violences. Elles éclatent lorsque un chrétien ose tomber amoureux d’une musulmane ou une chrétienne convertie de force à l’Islam veut revenir à sa religion première. Tous ces-ci montent qu’en Egypte la liberté de conscience et religieuse n’existe pas. Certains spécialistes et journalistes musulmans disent : une musulmane de plus ou de moins, ou une chrétienne plus ou moins, ça ne change vraiment pas la face du monde et pourtant ceci conduit à la mort de très nombreuses personnes et à des dégâts matériels, psychologique considérable. Ce que nous demandons, ce que la liberté de conscience et qui figure dans les droits de l’homme soit reconnu en Egypte, que l’on puisse être chrétien ou musulman, croire ou non croire, il s’agit là d’une affaire strictement privé. Dès qu’il n’ y a pas de liberté de conscience, il n y a pas non plus de démocratie. Mgr Michel Chafik
Bienvenue à l'église
Notre Dame d'Égypte