Présentation
Chapelle
Sacrements
Articles
Photos
Livre d'or
à propos
plan du site
accueil • Présentation • Chapelle • Sacrements • Articles • Photos • Livre d'or • à propos plan du site
Articles 2011 2011 - 1er semestre :     (titres des images : précédent ; suivant ; usage au clavier : flèche gauche et flèche droite ; , S. B. Antonios Naguib ; page précédente ; page suivante ; précédent ; suivant ; usage au clavier : flèche gauche et flèche droite)
» Articles » 2011 » 2011 - 1er semestre : La difficile transition politique en Égypte Texte extrait du site : infocatho.cef.fr 6 avril 2011 - LA DIFFICILE TRANSITION POLITIQUE EN ÉGYPTE Alors que l'Egypte vit actuellement une transition politique difficile, le patriarche d'Alexandrie des coptes catholiques a indiqué, le 4 avril dernier, qu'il n'y avait pas d'"option intermédiaire" pour son pays entre la démocratie et un Etat islamique. Interrogé par l'agence de presse catholique latino-américaine "Aciprensa", le cardinal Antonios Naguib a regretté que le référendum du 19 mars sur la révision de la Constitution ait été présenté sous un éclairage "religieux". Et d'expliquer: "Au lieu de parler d'options politiques et sociales, on a parlé d'une vision et d'une option religieuse, ce qui, pour moi et pour beaucoup d'autres, a falsifié l'orientation de ce mouvement pour le changement." Le Patriarche copte catholique a également indiqué que l'objectif du mouvement contre Hosni Moubarak, à la tête du pays depuis 30 ans, était d'arriver à la démocratie, à l'Etat de droit, à l'égalité : "un ordre basé sur l'égalité de droits et de responsabilités pour tous, avec la participation réelle de tous". A ses yeux, toutes ces composantes sont celles d'un "Etat moderne". C'est pourquoi il a fait part de son opinion concernant la création de partis politiques chrétiens. "L'Église catholique n'est pas favorable à l'institution de partis à fond religieux, mais fait plutôt appel aux chrétiens pour qu'ils participent à la vie politique en tant que citoyens". "Elle les invite à rejoindre les partis où les principes et les programmes garantissent les valeurs humaines, morales et nationales, les droits intégraux de l'homme, y compris la liberté religieuse, ou bien la liberté de culte et le droit à pouvoir choisir sa propre religion. " L'institution de partis à fond religieux, dit-il encore, crée une confusion entre ce qui est religieux et ce qui est politique, entre ce qui est absolu et ce qui est relatif. Ceci n'aiderait ni la religion, ni la politique, conduisant inéluctablement à une politisation de la religion et à une instrumentalisation religieuse de la politique." (source : ACI )
Bienvenue à l'église
Notre Dame d'Égypte